Centre de Chirurgie Urologique Polyclinique Courlancy Reims
MENU

> Maladies Urologiques > Cancer de la Prostate

Cancer de la Prostate

Un cancer fréquent

Le cancer de la prostate est devenu le cancer le plus fréquent et la 3ème cause de mortalité chez l’homme.
On estime aussi qu’un homme sur huit risque de se voir diagnostiquer un cancer de la prostate au cours de sa vie.

Un cancer de l’homme âgé

L’âge moyen au moment du diagnostic est de 70 ans avec 95 % diagnostiqués entre 57 et 88 ans.
18 060 hommes de moins de 65 ans sont concernés par le cancer de la prostate chaque année en France, soit 27,4 % des cas totaux attendus de cancers de la prostate.
Chez le sujet âgé, l’évolution est lente et le cancer de la prostate ne sera pas responsable du décès du patient. En effet, 40% des hommes de plus de 50 ans ont des atteintes microscopiques associée au vieillissement naturel de la glande.

Un cancer avec une incidence en hausse

Le nombre de nouveau cas de cancer de prostate en France était de 71 000 cas en 2010 contre 62 000 en 2005.
On estime que la fréquence d’apparition des nouveaux cas de cancer de la prostate en France se situe à plus de 36 cas pour 100.000 hommes par an.
Cette augmentation est essentiellement due au dépistage et au vieillissement de la population masculine.
On rappelle qu’il n’y a pas d’arguments pour instituer un dépistage de masse, mais qu’il faut informer les patients de manière objective des possibilités d’une détection précoce à titre individuel du cancer de la prostate, pour ne pas méconnaître et laisser évoluer un éventuel cancer agressif de la prostate.

Salomon L., et al., Recommandations en onco-urologie 2011-0, Cancer de la prostate. Prog Urol, 2010, 20 Suppl, 4, S224.

Un cancer avec une mortalité en baisse

Avec un peu moins de 9 000 décès chaque année en France, la mortalité du cancer de la prostate diminue (-2,5% entre 2000 et 2005).
Cette diminution de la mortalité est due à l’amélioration des conditions de prise en charge (efficacité des traitements et diagnostic plus précoce).

Un cancer guérissable à un stade localisé

La médiane de survie d’un cancer de la prostate localisé est proche de dix ans.
Malheureusement, les évolutions locales et les métastases du cancer de la prostate sont beaucoup plus péjoratives.

Un cancer avec un pronostic variable

Il y a donc nécessité d’identifier la forme pronostique] du cancer de la prostate afin de proposer au patient une prise en charge pluridisciplinaire (réunions de concertation) avec à la clé un traitement personnalisé.

  • Il faut éviter le diagnostic inutile des cancers de prostate de faible volume pour diminuer le sur-diagnostic.
  • Il faut surveiller activement les patients porteurs d’un cancer de prostate peu agressifs pour diminuer le sur-traitement.
  • Il faut traiter les hommes porteurs de cancers de prostate agressifs pour augmenter les chances de guérison.
FOCUS : Surrénalectomie robotique

Décrite pour la première fois il y a 20 ans, la surrénalectomie par voie laparoscopique, est actuellement la technique de référence pour l’exérèse des tumeurs surrénaliennes.

En savoir plus

Informations patients

Informations patients

Des fiches d’informations rédigées par l’Association Française d’Urologie récapitulent les étapes de prise en charge de différentes pathologies urologiques.


Voir les informations patients

Questions fréquentes

Questions fréquentes

Retrouvez les réponses aux questions les plus fréquemment posées sur les pathologies urologiques et leurs traitements.


Voir les questions fréquentes

Photos & Vidéos

Photos & Videos

Découvrez nos photos et vidéos consacrées aux nouvelles technologies en urologie et plus particulièrement en chirurgie robotique.


Voir les photos & vidéos