Centre de Chirurgie Urologique Polyclinique Courlancy Reims
MENU

> Maladies Urologiques > Cancer de la Prostate > Dépistage du Cancer de la Prostate

Dépistage du Cancer de la Prostate

Recommandations AFU 2009 l(Association Française d’Urologie)

Dépistage du Cancer de la Prostate - de 45 à 54 ans : un dépistage organisé pour les groupes à risques.
- de 55 à 69 ans : un dépistage organisé
annuel si le PSA > 1 ng/ml,
tous les 3 ans si PSA < 1 ng/ml
- de 70 à 75 ans : un dépistage individuel proposé au patient qui doit être informé de la maladie, de ses traitements et de leurs effets indésirables.
- après 75 ans : le dépistage n’est pas recommandé.

Références :
Peyromaure M, Beuzeboc P, Salomon L, Richaud P, Coloby P, Malavaud B, et al. Le dépistage du cancer de la prostate en 2009 : analyse du comité de cancérologie de l’Association Française d’Urologie. Prog Urol 2010 ;20:17-23.

2 études ont été publiées en 2009

  • Etude américaine (PLCO) : 76000 personnes avec un dosage du PSA tous les ans. Il n’y a aucun bénéfice au dépistage mais avec seulement 7 ans de recul.
  • Etude européenne (ERSPC) qui prenait en compte 160000 personnes avec PSA tous les 4 ans et un suivi de 10 ans, montre qu’il faut dépister 1400 personnes pour éviter un décès. Pour un patient de 61 ans (âge moyen de l’étude), le dépistage va permettre de gagner 10 ans d’espérance de vie.

Ces 2 études contradictoires illustrent la problématique entre une approche « santé publique » et une approche individuelle du dépistage.

Références :
Andriole GL, Grubb RL 3rd, Buys SS, Chia D, Church TR, Fouad MN, et al. Mortality results from a randomized prostate-cancer screening trial N Engl J Med 2009 ;360:1310-9.

Schroder FH, Hugosson J, Roobol MJ, Tammela TL, Ciatto S, Nelen V, et al. Screening and prostate-cancer mortality in a randomized European study. N Engl J Med 2009 ;360:1320-8.

En 2011, le dépistage systématique et organisé du cancer de la prostate en France n’est pas recommandé par les autorités sanitaires comme l’HAS et l’Institut National du Cancer.

Dépistage du Cancer de la Prostate

Recommandations AFU 2011 (Association Française d’Urologie)

Dépistage du Cancer de la Prostate

  • Le dépistage organisé est en cours d’évaluation.
  • Une détection précoce du cancer de la prostate peut être proposée à titre individuel après information objective, pour ne pas méconnaître et laisser évoluer un éventuel cancer agressif.
  • Certains cancers de la prostate ont par ailleurs un potentiel évolutif très faible et ne justifient pas un traitement agressif.
  • La détection précoce du cancer de la prostate repose actuellement sur un toucher rectal et un dosage du PSA total dont le rythme de réalisation reste à préciser.
  • Le dépistage pourrait être recommandé à partir de 45 ans chez les hommes à haut risque de développer un cancer de la prostate : origine afro-antillaise ou antécédent familial (au moins deux cas collatéraux ou de survenue avant 55 ans).
  • Le bénéfice en termes de survie spécifique est donc démontré chez les hommes de 55 à 69 ans, avec un dosage de PSA tous les 4 ans, au prix d’un risque de sur-traitement de cancers peu évolutifs (Etude ERSPC).
  • Le dépistage n’est pas recommandé chez les hommes dont l’espérance de vie est estimée < 10 ans en raison d’un âge avancé ou de co-morbidités sévères.

Perspective d’avenir en terme de dépistage ?

Evaluation plus précoce et plus ciblée du risque de développer un cancer de la prostate.

- Avant 50 ans :
Si le PSA initial < 0,5 ng/ml, ce risque de développer un cancer de la prostate est inférieur à 7,5 % durant les 25 années à venir. - si le PSA initial ≥ 1,5 ng/ml, le risque est x 5 dès les premières années de suivi.
Références :
Tang P, Sun L, Uhlman MA, Robertson CN, Polascik TJ, Albala DM, et al. Initial prostate specific antigen 1.5 ng/ml or greater in men 50 years old or younger predicts higher prostate cancer risk. J Urol 2010 ;183:946-50.

- A 60 ans :
Si le taux de PSA est < 1 ng/ml, le risque de décéder d’un cancer de la prostate est inférieur à 2 % et devrait conduire à arrêter tout dosage de PSA ultérieur.
Références :
Vikers AJ, Cronin AM, Bjork T, Manjer J, Nilsson PM, Dahlin A, et al. Lifetime risk of death of prostate

FOCUS : Surrénalectomie robotique

Décrite pour la première fois il y a 20 ans, la surrénalectomie par voie laparoscopique, est actuellement la technique de référence pour l’exérèse des tumeurs surrénaliennes.

En savoir plus

Informations patients

Informations patients

Des fiches d’informations rédigées par l’Association Française d’Urologie récapitulent les étapes de prise en charge de différentes pathologies urologiques.


Voir les informations patients

Questions fréquentes

Questions fréquentes

Retrouvez les réponses aux questions les plus fréquemment posées sur les pathologies urologiques et leurs traitements.


Voir les questions fréquentes

Photos & Vidéos

Photos & Videos

Découvrez nos photos et vidéos consacrées aux nouvelles technologies en urologie et plus particulièrement en chirurgie robotique.


Voir les photos & vidéos