Centre de Chirurgie Urologique Polyclinique Courlancy Reims
MENU

> Maladies Urologiques > Incontinence urinaire et statique pelvienne (prolapsus) > Prolapsus génito-urinaires > La Promontofixation coelioscopique

La Promontofixation coelioscopique

Principe

Cette intervention permet de repositionner la vessie ou le rectum dans une position anatomique naturelle. Le chirurgien retend ainsi la paroi vaginale en interposant un filet synthétique entre la vessie et le vagin en avant, et éventuellement en arrière entre le rectum et le vagin.

Techniques

La durée opératoire est d’environ 1 heure et l’intervention se déroule sous anesthésie générale.
Il s’agit d’une intervention par voie coelioscopique avec mise en place de 4 trocarts par des mini-incisions de 1 cm. Du gaz carbonique est insufflé dans le ventre afin de créer un espace de travail.
En cas de difficultés pendant l’intervention, le chirurgien peut être amené à effectuer une conversion, c’est-à-dire à réaliser une incision abdominale.
Une sonde vésicale est posée en début d’intervention.

La Promontofixation coelioscopique

Les plans entre la vessie et le vagin, puis entre le vagin et le rectum sont disséqués afin de pouvoir disposer les prothèses de renfort.

La Promontofixation coelioscopique

La Promontofixation coelioscopique

Enfin le gaz carbonique est évacué de l’abdomen (exsufflation) puis les mini-incisions sont fermées par le chirurgien.

Suites postopératoires

La durée d’hospitalisation est d’environ 4 jours.
La sonde vésicale est retirée habituellement le 2ème jour après l’intervention.
Si une bandelette sous-urétrale a été posée dans le même temps opératoire du fait d’une incontinence urinaire associée, une mèche vaginale (compresse avec antiseptique) sera alors enlevée le lendemain de l’intervention.
Les fils de suture ou les agrafes sur la peau seront retirés par une infirmière à domicile généralement au 10ème jour post-opératoire.
Pendant le mois qui suit l’intervention il est déconseillé d’effectuer des efforts et de porter des charges lourdes afin de ne pas augmenter les pressions dans l’abdomen.
La reprise d’une activité normale se fait au-delà d’un mois.
En cas d’hypotonie du sphincter urétral avant l’intervention, le fait de repositionner la vessie dans sa position anatomique peut démasquer une insuffisance du sphincter et entraîner ainsi des fuites à l’effort.
L’interrogatoire et l’examen de la patiente avant la réalisation d’une promontofixation coelioscopique sont donc essentiels et l’on proposera la réalisation d’un bilan urodynamique pré-opératoire en cas de doute sur la qualité du sphincter.
Si un filet a été posé entre le vagin et le rectum, une constipation temporaire avec difficultés à évacuer les selles peut survenir.

Complications

Possibles

  • Hématome et/ou infection au niveau des orifices de trocart
  • Hématome intra-abdominal
  • Infection urinaire nécessitant un traitement par antibiotiques
  • Dyspareunies (douleurs lors des rapports sexuels)

Rares

  • Récidive du prolapsus
  •  Apparition d’une fistule urinaire
  • Migration de la prothèse dans la vessie
  • Ulcération de la paroi antérieure du vagin
  • Infection prothétique ou intolérance pouvant nécessiter l’ablation du matériel
FOCUS : Surrénalectomie robotique

Décrite pour la première fois il y a 20 ans, la surrénalectomie par voie laparoscopique, est actuellement la technique de référence pour l’exérèse des tumeurs surrénaliennes.

En savoir plus

Informations patients

Informations patients

Des fiches d’informations rédigées par l’Association Française d’Urologie récapitulent les étapes de prise en charge de différentes pathologies urologiques.


Voir les informations patients

Questions fréquentes

Questions fréquentes

Retrouvez les réponses aux questions les plus fréquemment posées sur les pathologies urologiques et leurs traitements.


Voir les questions fréquentes

Photos & Vidéos

Photos & Videos

Découvrez nos photos et vidéos consacrées aux nouvelles technologies en urologie et plus particulièrement en chirurgie robotique.


Voir les photos & vidéos